De l’aide alimentaire pour 210 familles sinistrées

Posted on Mars 12 2020

EXTRÊME-NORD CAMEROUN - MOZOGO
De l’aide alimentaire pour 210 familles sinistrées

[Photo: Une vue des dons apportés à Mozogo]

Après les attaques des populations de Mozogo, dans le département de Mayo Tsanaga à l’Extrême-Nord du Cameroun, ADRA Cameroun a apporté une aide d’urgence le mercredi 04 mars 2020 aux victimes.
 
[Photo: Le sous-prefet remet symboliquement le don au chef de Mozogo]

Le sous-préfet et les autorités militaires ont pris place à la tribune de la place des fêtes de Mozogo autour de 11H. Daniel Ndavoumta, chef du bureau ADRA Nord Cameroun, a fait une brève présentation sur l’objet de la cérémonie. Après la prière de pasteur Hendjena Richard en faveur des populations, de la Nation entière et les mots d’appréciation du sous-préfet de l’Arrondissement de Mayo Moskota, ce sont près de dix tonnes de denrées alimentaires (riz, haricot, sucre, sel et huile de cuisine) qui ont été distribuées aux victimes venues de Kotsrahai, Guedjele, Sodecoton, Gabbas, Mawa et Mozogo. C’est un projet de près de 9 millions de FCFA.  
 
[Photo: Masfaï Abraham a perdu un oeil par Boko Haram]

Masfaï Abraham, un des bénéficiaires, porte encore les séquelles du passage des combattants de Boko Haram à Kotsrahai son village. « Le lundi (02 mars 2020) ils sont venus tuer trois personnes chez nous à Kotsrahai : une fillette de 7 ans, un garçon de 16 ans et un vieillard dont le nom est même sur la liste des bénéficiaires des dons de ce matin. » Ce vieillard, c’est bien Kocheda Salomon qui a succombé aux dernières attaques de la secte Boko Haram.
 
[Photo: Remise symbolique du don par le chef de Mozogo]

Warda Jean, un autre bénéficiaire, septuagénaire et aveugle, le visage meurtri et épuisé, signe de la cruauté de Boko Haram n’a eu qu’à dire :« ils sont venus ramasser les habits de mes enfants et incendier ma maison et mon grenier. Les cris de détresse, la peur et la famine, voilà ce qu’ils nous ont laissé. »
C’est donc au cœur de cette détresse qu’ADRA Cameroun a réalisé ce projet d’urgence avec l’Appui d’ADRA International, ADRA Afrique et l’Église Adventiste au Cameroun. Le sous-préfet de l’arrondissement de Mayo-Moskota n’a pas manqué de louer cette initiative d’ADRA Cameroun : « c’est dans les moments difficiles que l’on reconnait ses vrais amis. Nous remercions nos donateurs pour ce geste qui apporte un rayon d’espoir aux populations meurtries. » Selon Daniel Ndavoumta, « Dans l’ensemble, les activités ont été satisfaisantes. On ne s’attendait pas à une distribution aussi rapide. J’ai apprécié la réaction des bénéficiaires qui se sont bien comportés lors de la distribution des vivres. »
 
[Photo: La joie d'être servie]

Les populations font désormais face à un nouveau défi sécuritaire ; leurs maisons ne leur servent plus de lieu de refuge. À partir de 16 heures, tous commencent à vider les quartiers pour se cacher dans les montagnes ou dans la forêt. Face au danger que représente les serpents des montagnes et des forets, une des dames rencontrées a dit: « au moins tu peux te défendre contre le serpent et parvenir à le tuer, mais ces gens cruels comment peut-on leur résister ? »
 
[Photo: Volontaires ADRA à l'oeuvre]

Tout n’est que tristesse tout au long du chemin qui mène à Ouzal et à Mandoussa. Tous ces villages sont sur la liste noire de la secte djihadiste. Selon le Curé de la Paroisse Catholique de Mandoussa auquel l’équipe d’ADRA Cameroun a rendu visite, « il y a 159 maisons incendiées et des biens détruits dont nous n’avons pas encore estimer la valeur. » C’est dans ce village que le vieux Pahdi Djegue, 82 ans avait été calciné le 22 février 2020 vers 23H.
 
[Photo: Les motos appelées à la rescousse]

Il est impératif d’aider ces populations désemparées et ADRA Cameroun prépare un autre projet pour faire face à cette situation citrique.
 Abraham BAKARI
Communication Cameroun

0 comments

Add Comment
 

Add your comment

To add a comment you need to login or register.